La massothérapie pour atténuer la douleur de la fibromyalgie

décembre 17th, 2011 | Publié par Julie Tremblay dans À lire

La fibromyalgie frappe majoritairement les femmes. Elle s’installe progressivement, au milieu de la trentaine, sur une période d’environ sept ans. Chez les hommes, cette maladie se manifeste plus tôt, soit au début de la vingtaine, et s’installe plus rapidement (en moins de deux ans). Un seul mot résume cette affection : douleur.

La fibromyalgie et ses conséquences

La fibromyalgie, syndrome appartenant à la famille des rhumatismes, est une condition douloureuse généralisée, non articulaire, touchant surtout les muscles. Elle n’est pas une affection mortelle ou dégénérative, il n’y a aucun dommage musculaire ou tissulaire, mais les personnes atteintes deviennent hypersensibles au toucher. Elles se plaignent de douleurs et de raideurs généralisées, d’engourdissements, de gonflement des doigts et des mains, ainsi que de maux de tête, de fatigue persistante et d’un sommeil non réparateur.

Les médecins suggèrent souvent à ces patients de consulter un massothérapeute, dont le rôle principal est précisément de travailler avec la personne pout soulager, voire diminuer ces douleurs, et l’aider à les apprivoiser.

La massothérapie et la fibromyalgie

La personne qui reçoit un diagnostic de fibromyalgie connaît habituellement les symptômes de sa maladie. Le massothérapeute en discute d’emblée avec elle, de façon à en dresser la liste. Il lui demande de préciser les endroits les plus et les moins douloureux et vérifie si elle éprouve une sensation de fatigue continuelle ou de la difficulté à dormir et à se lever le matin. Il discute aussi des maux de tête, des sensations de gonflement et de l’intensité de la douleur, qui fluctue en fonction de la température et/ou de l’exercice.

Comme la fibromyalgie se caractérise par une douleur musculaire généralisée et la présence de points extrêmement sensibles, le massothérapeute tente d’établir une « carte » de ces points. Il est également attentif aux signes de douleur aux articulations et à l’état des tissus. Il repère, par exemple, la présence de tissus gras ou fibreux sensibles dans la partie supérieure du dos.

Lorsqu’il effectue ses manœuvres, le massothérapeute tente d’abord de découvrir avec son client les endroits du corps qui ne sont pas hyper-sensibles au toucher. Il lui fait ainsi réaliser que le corps n’est pas que douleur et que celle-ci diminue, devient moins envahissante, lorsqu’il réussit à se détendre. Partant de ces endroits, il aide la personne à se décontracter, ce qui va lui permettre de toucher les endroits plus douloureux sans accentuer la douleur.

Au début, même un léger effleurage peut être douloureux, mais au fil des rencontres, le massothérapeute peut en arriver à augmenter la pression, toujours en respectant son seuil de tolérance à la douleur de son patient. Il intègre graduellement le pétrissage, le drainage et la friction, qu’il n’effectue toutefois qu’à fleur de peau lors des premières séances.

Les bienfaits du massage

Le but principal d’une visite chez un massothérapeute est d’atténuer la douleur constamment présente chez la personne qui est atteinte de fibromyalgie. Idéalement, le massage s’intègre dans une approche multidisciplinaire personnalisée. Le milieu médical s’entend pour dire que la personne qui souffre de fibromyalgie doit prendre sa maladie en main. La fréquence et la durée du massage doivent être fixées en fonction des autres démarches entreprises par la personne pour retrouver son bien-être et de la priorité qu’elle accorde au massage dans sa réadaptation.

La fibromyalgie suscite des sentiments de frustration et de colère chez les personnes qui en sont atteintes. Elles se sentent seules, perdues, incomprises, incompétentes. Comme elles ne peuvent plus faire tout ce qu’elles faisaient auparavant, elles doivent effectuer des changements dans leur vie. Leur estime d’elles-mêmes est mise à rude épreuve. Elles ont besoin d’être écoutées et de se sentir soutenues. Le massothérapeute peut les accompagner dans leur cheminement et les aider à reprendre le contrôle de leur corps.

Source : Fédération Québécoise des Massothérapeute agréés

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 Both comments and pings are currently closed.